L’inconnu du train

Tu l’as maudit ce fichu TER sans prise, ni ordinateur. Avec ses sièges d’une autre époque et ses rideaux jaunis par les milliers de crânes fatigués. Mais qu’importe, tu avais relativisé en prenant livre et cahier. Se munir d’autres outils pour profiter, pour faire autre chose. Et voilà que le train s’élance péniblement : lui aussi est lourd de ces fêtes de fin d’années.

Toi, tu décides de te lancer à toute vitesse dans ton ouvrage, pour vite en finir et avoir le plaisir de passer 2H à choisir le prochain. Les pages te happent tandis que le ronron du train engourdit tes paupières. Tu luttes, balayes le regard sur l’assemblée de voyageurs mornes. Et voilà que quelque chose vient te piquer la rétine, un regard brillant, vif. Tu ne vois pas le visage qui le porte, et tant mieux : tu aimes cette idée qu’une simple partie suffise à définir une personne.
Tu souris à cette pensée, puis reviens à ton livre. Mais c’est trop tard. L’image est imprégnée dans ton esprit, tu y retournes, vérifier que tu ne t’es pas trompée, que ce regard est toujours là. Il sauvera surement ton jugement sur l’assemblée.
Mais à peine a tu réalisé sa particularité que vos regards se heurtent de plein fouet. Collision visuelle : tu souris bêtement de t’être faite prendre en flagrant délit. Mais délit de quoi? Avec un peu de culot, lui aussi pensait la même chose.

Le ballet des regards tantôt fuyants, tantôt insistants va durer un moment. Deux gamins dans une cour de récré qui se cherchent, s’interrogent, s’apprivoisent. Le tout sans un mot, dieu merci. Toute banalité du genre aurait tout détruit. L’inconnu change de position, son visage se dévoile, son sourire aussi.
Tu te surprends alors à imaginer cinquante scénarios différents sur cet inconnu. Paul, (c’est comme ça que tu choisis de le nommer. Ou même Arnaud, cela pourrait coller) est ingénieur. Enfin non, un métier moins chiant… Tu cherches mais ton esprit s’embourbe à se sentir ainsi épié.
Il porte une vision sur le monde : laquelle, tu n’en sais rien, mais il a un avis aiguisé, il peut tenir le rythme de la pensée. Il n’est pas prof non plus.
Tu remarques qu’il marche pas mal à l’usure de ses chaussures : indice précieux. Pas beaucoup de bagages non plus : il travaille. Il semble être totalement intégré dans cette société où tout va vite, où l’esprit doit comprendre, réagir et s’adapter en permanence. Ton « Qui est-ce ? » grandeur nature te fait oublier ton livre soudainement si fade.

Aléas de voyage, il perd sa place et à défaut, se rapproche de toi. Enfant timide, tu recules dans ton siège : il s’agir désormais d’avancer à visage découvert. La dualité s’installe en toi : disparaitre ou se planter devant lui. D’habitude tu aurais facilement pris les devants pour cacher cette faiblesse. Mais aujourd’hui, tu oses céder et gouter à une forme de lâcher prise. Alors vos regards s’éparpillent, se recentrent, et bientôt tes yeux se posent sur ses mains. Tu as toujours fait une fixette sur les mains masculines. Et celles-ci battent un jeu de cartes si méthodiquement que tu comprends : Paul est magicien.
Tu rembobines les quarante-huit scénarios précédents comme l’aurait fait Amélie Poulain. Le mystère semble levé sur cet artiste qui a su te faire voyager.

Le train s’arrête alors. Tu apprendras qu’il s’appelait Rémi.
Le générique de fin se lance alors dans ton casque et la nuit aspire tes pensées.

Baptiser une étoile, c’est possible !

Ha les étoiles… Si comme Mufasa, tu es du genre à les contempler pour te souvenir des êtres chers, sache que le site etoilez-moi.com te permet d’offrir une étoile et de la nommer officiellement. Eh oui m’dame !

En partenariat avec le site, j’ai reçu le coffret Etoile filante, c’est à dire la version numérique où l’on reçoit tout par mail. Il existe d’autres coffrets allant jusqu’à 50 euros selon les options choisies, ce qui reste tout à fait raisonnable vu l’originalité du cadeau.

Mon coffret contenait donc :

  • Le certificat de baptême (on peut choisir la date)
  • Une carte du ciel pour localiser mon étoile
  • Une fiche sur la constellation choisie (ici le Loup)

J’aurais apprécié une fiche en plus, un petit mot, ou même une application de carte du ciel proposant les mêmes schémas que ceux du site car la recherche a été un peu laborieuse. Je vous conseille donc Starlight pour trouver votre étoile.
Bon pas de chance pour la mienne, il me faudra patienter cet été pour l’admirer la nuit.

La constellation du Loup et ma petite étoile, qui entre dans la gueule de l’animal. Tellement symbolique !

J’ai vraiment apprécié pouvoir choisir la constellation en amont de ma commande selon un animal totem ou un signe astrologique. La personnalisation est vraiment au coeur du cadeau et permet l’effet « whaou » tant attendu.

 

Bon tout cela est bien mignon, mais comment savoir si cela est vraiment officiel ? En réalité, le nom des étoiles et leurs coordonnées géographiques sont enregistrés aux U.S.A. puis conservés dans les coffres de l’International Celestial Repertory, rien que ça !
Bon, pour tout vous dire, j’ai du un peu creuser pour avoir l’info car cela ne transparait pas directement sur le site, dommage. Le baptême est donc bien officiel !

 

Mon avis sur la prestation :

J’ai été satisfaite de ce coffret car la sensible que je suis a trouvé le geste tellement onirique et symbolique, que j’étais comme une enfant quand on m’a proposé ce partenariat. Que ce soit pour soi, pour offrir à un parent, en l’honneur d’un défunt où tout simplement pour déclarer sa flamme, le baptême d’étoile est une belle idée à laquelle peu de monde pense.

L’équipe du site s’est montrée très disponible pour répondre à mes questions et me rassurer dans le process à suivre pour obtenir mon étoile.
Pour les points faibles, comme je vous le disais, j’aurais aimé une petite note en plus dans mon coffret. Il m’a aussi manqué un peu de guidage sur le site, mais là, c’est un avis très personnel.

Je sais désormais où se situe mon étoile dans le ciel : j’espère qu’elle sera cette bonne étoile qui veillera sur moi pour cette nouvelle année !

 

Si toi aussi tu veux offrir une étoile, c’est par ici !

Bye bye 2017

Il est temps de tourner le dos à 2017

Voilà, l’année se finit dans quelques heures. Elle n’aura pas été de tout repos, mais nous l’aurons passé ensemble. Car cette année, grâce à vous tous chers lecteurs, le blog a véritablement pris son envol. Je voulais donc vous remercier infiniment pour vos messages de soutien et vos retours si positifs. Grâce à vous, plein d’idées et de surprises se profilent sur le blog pour 2018 : restez attentifs 😉

Cette année a également marqué un tournant professionnel pour moi. En terminant mes études et mon alternance, le monde de la recherche d’emploi s’est ouvert à moi. Le chemin n’est pas simple mais on s’accroche et là aussi, les idées et projets commencent à former une longue liste. Il n’est pas forcément simple d’afficher le statut « en recherche d’emploi » dans une société ou le travail vous définit. Je réalise également ô combien l’entourage peut vite faire l’amalgame entre « sans emploi » et « sans projet ». Et c’est en partie avec de telle prises de conscience que le point suivant arrive…

Je parle ici de la prise d’indépendance familiale. Affirmer ses choix, les porter, même si parfois la peur nous envahit : c’est un grand pas à faire dans sa vie d’adulte. L’affranchissement à ce niveau est aujourd’hui un challenge de chaque instant pour moi. Ce défi se révèle pourtant vital si je veux avancer et me construire seule, ou plutôt, choisir qui seront mes prochains alliés.

Heureusement, les amis sont là pour nous conseiller, nous orienter et apporter un regard plus objectif. Ha, ces amis justement, qu’est ce que j’aurais fait sans eux cette année? De nombreuses amitiés se sont renforcées, créant des souvenirs mémorables. Et puis ce fut aussi l’occasion d’intégrer la Blogosphère Lyonnaise et de partager la passion du blogging avec des nanas super intéressantes. 

Finalement, ce sont mes envies de voyages qui n’auront pas été vraiment satisfaites cette année. Il y aura quand même eu l’Espagne, l’Allemagne, Montpellier, Nîmes….). On ne peut pas être sur tous les fronts, alors ce sera pour 2018 que je tenterai de m’envoler pour Londres, l’Europe de l’Est, ou qui sait, le Canada, depuis le temps que j’en parle? 

Ainsi s’achève mes mots pour cette année. Encore merci à tous de me suivre et de me soutenir comme vous le faites chaque jour. Je vous souhaite de passer une nuit magique et je vous dis à très vite.

P.S : N’oubliez pas de briller


Clem

Lait et Miel : le livre que toute femme devrait posséder

Lait et Miel n’est pas qu’un simple livre : il est une expérience que chaque femme, chaque être devrait vivre. Les lignes de Rupi Kaur vous portent dans un monde cruel, violent mais fait d’amour. Ce bouquin saigne, claque, crisse, dégouline, aime, crie, bref il vit. Quand on referme le livre, impossible de rester de marbre, alors je ne pouvais pas le laisser dans l’ombre.

 

Alors concrètement, ça parle de quoi?
De femmes, de féminité et de tout ce qu’elles peuvent rencontrer dans leur vie. L’amour, la séduction, la rupture, la violence, les trahisons… Tous ces sujets sont abordés au travers de 4 thèmes : Souffrir, Aimer, Rompre et Guérir. A vrai dire il m’est difficile de vous parler de l’ouvrage tant il est singulier et résulte d’une expérience personnelle.

En temps normal, je ne suis pas grande amatrice de poèmes, mais ceux-ci interpellent à chaque phrase. On se reconnait, on reconnait l’histoire d’une amie, d’une connaissance. Poser les mots exacts que nous aurions voulus écrire est le talent de cette magicienne hors du commun. Les illustrations qui accompagnent les vers viennent souligner la puissance des mots.

J’ai même recommencé à mettre des post-its partout dans le livre. Vieille manie des bouquins que je ne veux jamais oublier. Je vous laisse désormais découvrir cette pépite authentique qui vous touchera à l’instant même ou vous l’ouvrirez.

Je vous invite également à découvrir le site de l’auteure en cliquant ici

J’ai osé pour vous #2… Le cerceau aérien

Mes lubies artistiques ont encore frappé ! Après plus de 2 ans à fréquenter mon studio de pole dance, je me suis enfin lancée pour monter sur un cerceau et tester le « aerial hoop ».

 

Source : Chloe Gardiol

Hauts les cerceaux

Cette discipline ne vous dit rien? Mais si, souvenez-vous de vos dernières visites au cirque : c’est un agrès très artistique dans lequel on évolue autour d’un cerceau suspendu dans le vide.
D’après mes recherches, les cours de cerceau ne courent pas les rues, alors on peut s’estimer chanceuses à Lyon !

Avant de pouvoir s’élever sur l’objet, l’échauffement est de rigueur. Il faut dire que nos bras sont sollicités sans relâche (et que dire de nos mains ! ). Alors on se prépare avec un peu de souplesse et de renforcement pour chauffer les muscles. Et ensuite, à nous de jouer : on se trouve un binôme avec qui partager son cerceau, et c’est parti pour l’apprentissage des bases : monter sur le cerceau et s’asseoir dessus.

Puis les figures s’enchainent les une après les autres, de plus en plus impressionnantes. J’ai été vraiment surprise par la différence d’accessibilité par rapport à la pole. On parvient très vite à réaliser les figures avec les bons placements, et donc prendre plus de plaisir immédiat. Amandine, notre prof me confirme : « les figures en niveau débutant sont plus accessibles que la pole ».

Bon, il faut s’habituer au fait qu’un cerceau, ça tourne ! Chaque micro mouvement est amplifié : il faut rester zen et se détendre. Les transitions sont maladroites mais on parvient à enchainer peu à peu les mouvements et à gagner en confiance. Bon pour ma part je me suis sentie tellement bien que j’ai testé ma 1ère chute. Mais à 60 cm du sol, on ne risque pas grand chose !

Le moment choré

C’est LE moment attendu, celui où nous allons pouvoir faire les belles en musique en appliquant ce qu’on a appris. J’ai vraiment adoré ce moment particulier où l’on se prend pour une grande artiste virevoltante. Nous avons chacune eu l’occasion de se faire plaisir plusieurs fois, à notre rythme, pour sentir encore et encore nos mains bruler le vent dans nos cheveux.
Ce moment est une sorte d’expression libre où l’on peut choisir de reproduire les figures de notre choix sans craindre d’être en dysharmonie avec le groupe.

En sortant du stage, j’étais conquise ! Mes mains moins, la douleur a vite disparu. Certains m’ont demandé mon ressenti par rapport à la pole. He bien, là ou la barre me demande énormément d’efforts pour la dompter, j me suis sentie en totale « harmonie artistique » via le cerceau. Comme si il y  avait un truc entre lui et moi. Malheureusement les cours affichent tous complets, donc à moins de refaire un stage, pas d’autres possibilités. Mais la patience est une vertu paraît-il !

Si vous aussi vous souhaitez essayer, l’école propose un stage par mois. J’envisage de refaire celui de janvier ; n’hésitez pas à me dire si cela vous intéresse : on pourrait y aller à plusieurs pour plus de fun !

Et pour le prix? Comptez 40 euros pour 2 heures,

Plus d’infos : Spin Or Tricks